La Grande Séduction à l’anglaise

Un film de Don McKellar

769962d887a87dc4519fe0b0a7d76053-3

 ©Patrick Lamarche

Par Stacy Rajarison

À l’affiche depuis vendredi dernier, La Grande Séduction à l’anglaise, l’adaptation anglophone du classique film La Grande Séduction, met en vedette une impressionnante liste de comédiens dont Brendan Gleeson (Harry Potter), Mark Critch, Liane Balaban (The Trotsky) et Taylor Kitsch (Lone Survivor, X Men Origins : Wolverine, John Carter), pour ne nommer que ceux-là.

Ayant connu un immense succès en 2003, la production de ce long-métrage adapté a été confiée à Roger Frappier et à Barbara Doran. Onze ans plus tard, l’intrigue se déroule cette fois-ci dans le village de Tickle Head à Terre-Neuve. « C’est une région incroyable, organique, peu habitée. Cela faisait du bien d’être tout simplement en pleine nature et de se réveiller tous les jours sur cette vaste étendue de terre. Randonnées pédestres et pêche faisaient partie de mon quotidien », nous a confié l’acteur Taylor Kitsch lors de la première montréalaise qui a eu lieu au Cineplex Forum. « Terre-Neuve a sa propre culture comme Québec a la sienne, c’était agréable de la découvrir! », a ajouté Liane Balaban.

c8c8882bb740e2806e3ec50dd307df55

©Les Films Séville

Afin de répondre aux exigences d’une entreprise qui cherche à implanter une usine pétrochimique dans leur village, les habitants de celui-ci doivent convaincre les dirigeants de l’entreprise qu’ils ont un médecin résidant dans leur municipalité. Tous les moyens sont donc de mise pour persuader un docteur de passage (Taylor Kitsch) de s’installer dans leur village et d’ainsi relancer l’économie locale. « C’est une histoire attachante et authentique, ce qui est souvent rare dans les films de comédie de nos jours », mentionne Liane Balaban.

Quant aux comparaisons inévitables qui seront faites entre le film original et cette nouvelle version, l’acteur Mark Critch indique qu’il s’agit de la même chose qu’une chanson à  succès chantée par deux personnes différentes. « Nous ne voulons pas la [l’histoire] copier. Nous voulons mettre en valeur la richesse de la région ».

Vous pourriez aussi aimer...