alfons-morales-410757

La chronique littéraire : retour sur 2017

Coups de cœur et nouvelles suggestions

alfons-morales-410757

© Unplash.com

Par : Johanne Mathieu

2017 a regorgé comme toujours de sorties de livres, et cette année n’a pas fait exception en termes de parutions plus intéressantes et variées les unes que les autres. De l’insolite, des découvertes, des révélations, de nouvelles suggestions de lecture et… des coups de cœur, pour ne pas dire des coups de foudre. Tout y est! Retour sur la littérature de 2017.

Mes coups de cœur de 2017

Le jour où les lions mangeront de la salade verte, de Raphaëlle Giordano

le-jour-ou-les-lions-mangeront-de-la-salade-verte-par-raphaelle-giordano-image-1280x620

© lexpress.fr

Il n’est pas toujours évident de changer sa manière d’être quand on adopte depuis longtemps des comportements inadéquats. C’est ce que tente de faire Romane avec les Burnés Anonymes, un programme unique qui cherche à déconditionner les participants de ce programme de leur burnerie, c’est-à-dire de leurs travers : manque d’écoute, jugement facile, instinct de domination… Et Maximilien, un homme d’affaires redoutable et redouté, représente le client idéal pour Romane. Mais pour transformer sa vie, encore faut-il le vouloir. La tâche ne sera pas facile…

Le roman de Raphaëlle GiordanoLe jour où les lions mangeront de la salade verte, diffusé au Québec par les  Éditions Édito, est un véritable coup de cœur, car il a tout du bon roman. Il est léger, drôle et émouvant. L’histoire réussit à nous captiver du début à la fin. Les techniques utilisées par le personnage de Romane pour aider ses participants à prendre conscience de leurs mauvais comportements sont vraiment intéressantes. La psychologie et la créativité se côtoient et se complètent à merveille, et Giordano nous amène de plus à réfléchir et à faire face à nous-même et à nos propres comportements. Ce qui nous amène à apprécier encore plus l’œuvre. Que demander de plus? Un excellent roman.

Pour relire la critique, cliquez ici.

Le jour où les lions mangeront de la salade verte, de Raphaëlle Giordano (2017), Québec, Éditions Édito, 344 pages.

L’habitude des bêtes, de Lise Tremblay

DKqDoREXUAEZ5m9 loup (2)

© twitter.com

Dans la réserve faunique, des carcasses d’orignaux sont retrouvées à moitié dévorées. Les loups sont revenus. Certains y voient un signe rassurant, mais d’autres y perçoivent une menace. Mais la menace provient-elle vraiment des loups ou ne se trouve-t-elle pas ailleurs?

L’habitude des bêtes, de Lise Tremblay, publié chez Boréal, est un roman dont on sent la présence tangible de la nature tout au long de celui-ci. Un roman sur la nature humaine, sur les raisons qui amènent les gens à changer, à se transformer, à ne plus être comme avant. Un roman aussi sur la mort, qu’il faut simplement réussir à apprivoiser. Lise Tremblay fait aussi une excellente analogie entre l’homme et le loup, qui ne sont pas si différents l’un de l’autre.

Un coup de cœur pour l’histoire en tant que telle, mais aussi pour la manière dont elle est racontée. Au fil des pages, on sent que la menace plane, mais rien n’éclate en grand fracas et rien n’explose. La force de ce roman ne se situe pas dans l’action mais dans le ressenti. Tout est décrit de manière subtile, avec retenue, tout en douceur. Même les émotions fortes. J’ai aimé.

Pour relire la critique, c’est ici.

L’habitude des bêtes, de Lise Tremblay (2017), Montréal, Boréal, 168 pages.

La sœur de…, de Claudette Dion

claudette-dion couverture - Copie (2)

©  Les Éditions La Presse

Voilà un livre qui était attendu cette année : la biographie de Claudette Dion, intitulée La sœur de…, parue en novembre aux Éditions La Presse. Claudette Dion se livre sur sa vie avant, pendant et après Céline. Si celle-ci est privilégiée d’être la sœur de la célèbre chanteuse, Claudette Dion a connu une vie complète, riche et bien distincte, que ce soit en musique, en projets ou sur le plan familial ou humain.

S’il n’a pas été facile de plonger au cœur d’un tel sujet, d’écrire sa biographie, Claudette Dion, en collaboration avec Jean-Yves Girard, le fait avec brio et avec toute l’authenticité qu’on lui connaît. Bien sûr, il est question de Céline dans ce livre, mais elle y fait aussi des confidences sur sa vie familiale, sur sa mère, sur son père. Il y est aussi question de sa rencontre avec son conjoint des trente dernières années, Serge. La sœur de… retrace le parcours de vie de Claudette, de Charlemagne, où elle a commencé à chanter à l’église toute petite, et où la musique était déjà si présente, jusqu’à l’Olympia de Paris, là où son spectacle Claudette Dion chante Piaf  l’a menée, en passant par son implication comme porte-parole à la Fondation maman Dion.

La sœur de… a été l’un de mes coups de cœur littéraires parce que c’est le parcours passionnant d’une femme authentique, une femme de famille, de musique et de cœur.

Pour relire l’entrevue avec Claudette Dion, cliquez ici.

La sœur de…, de Claudette Dion, en collaboration avec Jean-Yves Girard (2017), Montréal, Les Éditions La Presse, 232 pages.

Nouvelles suggestions de lecture

Inusité – L’imbécilité est une chose sérieuse, de Maurizio Ferraris

9782130792932_large (2)

© leslibraires.ca

Imbécile, crétin, idiot, con, grand ignorant… On ne manque pas de vocabulaire pour nommer l’imbécile. Et si sujet inusité il y a, dans la littérature, c’est bien l’imbécilité, et c’est ce dont nous entretient Maurizio Ferraris dans son essai L’imbécilité est une chose sérieuse, paru aux Éditions Puf. Mais peut-on échapper à l’imbécilité? Les imbéciles sont toujours les autres. Nous en rions en petit groupe, en compagnie ou en masse. Ne peut-on pas nous-même être imbécile? Et alors, qu’est-ce qui a poussé les habitants de l’île de Pâques à abattre tous les arbres en rendant invivable leur environnement? Qu’est-ce qui a poussé Napoléon à se rendre en Russie et à jouer maison, empire et patrimoine? Et qu’est-ce qui a permis à Hitler d’être porté au gouvernement et de faire chuter Churchill?

Grâce à une multitude d’exemples et de références, Ferraris démontre que l’imbécillité est partout : dans la rue ou sur Internet (Les écrits restent…), surtout à une époque où chacun pense par lui-même et que tout est publié instantanément. Et elle frappe autant les élites intellectuelles que les masses ou encore les génies. Bien qu’on s’y perd un peu dans toutes ces références philosophiques, littéraires ou politiques, l’auteur s’interroge sur la puissance de l’imbécilité et la capacité de renouvellement des crétins (!). Il s’interroge aussi sur la manière de mieux la comprendre, de mieux la saisir. C’est donc un livre qui prend l’imbécilité au sérieux. Très intellectuel, insolite, oui, mais intéressant.

L’imbécilité est une chose sérieuse, de Maurizio Ferraris (2017), Paris, Éditions Presses Universitaires France, 152 pages.

Curiosité et coup de cœur – Questions de caractère, de Tom Hanks

9782021375855_largeHANKS (2)

© leslibraires.ca

Tom Hanks collectionne les machines à écrire depuis sa plus tendre enfance. Mais il ne fait pas que les collectionner… Il écrit également! L’Américain a donc troqué son costume d’acteur pour la plume de l’écrivain! Tout a commencé alors que l’acteur a proposé une nouvelle au New York Times, en 2006. Ainsi est finalement paru le recueil de nouvelles Questions de caractère, en octobre 2017, publié aux Éditions du Seuil.

Des histoires, Hanks en a plein la tête. Il nous transporte aussi bien sur Mars (la plage), où un jeune adepte du surf reçoit toute une surprise le jour de son anniversaire, ou carrément dans l’espace, où quatre amis ont entrepris de faire le tour de la lune. Ou encore chez la famille Monk, qui vient d’emménager dans Greene Street. La mère de famille est frappée de visions qui se réalisent. Jusqu’où celles-ci la mèneront?

Les nouvelles de l’acteur américain passent aussi bien de l’humour (Trois semaines éreintantesUn mois dans Greene Street) qu’à la SF ou frôlant le fantastique (Le passé compte beaucoup pour nousAllan Bean + 4), qu’au plus dramatique et nostalgique (Noël 1953). Et le cinéma n’est jamais bien loin, comme dans cette nouvelle où il adopte le style d’écriture du scénario (Bienvenue chez nous), ou en racontant les tribulations d’un comédien en plein Paris (Bamboche dans la Ville Lumière) ou l’infortune d’une jeune comédienne qui essaie de percer à New York et de s’adapter à sa nouvelle vie (Une étoile est née). Ainsi, d’une histoire à l’autre, les nouvelles de l’auteur revêtent un caractère différent. Enfin, on retrouve la passion de Tom Hanks pour les machines à écrire partout dans ce premier recueil. Que ce soit les photos qui précèdent chaque nouvelle, les polices de caractère utilisées pour chacune d’elle ou qu’il en fasse simplement mention ou qu’elles fassent partie intégrante de ses histoires.

Questions de caractère est un pur divertissement. Il contient certaines longueurs, mais c’est diversifié et accrocheur. Hanks maîtrise l’art de raconter une histoire et de faire parfois exploser son intrigue en une fin inattendue tout en maintenant un certain suspense à l’occasion. Des nouvelles de Tom Hanks? On en veut encore!

Questions de caractère, de Tom Hanks (2017), Paris, Éditions du Seuil, 400 pages.

Révélation – Toi aussi, mon fils, de Jonathan Pedneault

9782897720865_large

© quebechuffingtonpost.ca

Reporter de guerre dans les zones à risque, Antoine disparaît un jour sans laisser de traces. Il ne laisse qu’une chose derrière lui : ses carnets d’écriture. À travers ceux-ci, son fils, Matisse, entreprend de mieux comprendre et de connaître ce père fuyant, lui qui est devenu père à son tour et souhaite croire que la vie a un sens. Dans cette quête de lui-même et de son identité, il se heurte toutefois au cynisme de la pensée d’Antoine, car celui-ci a une vision du monde bien à lui, dure et implacable, voire violente. Que se passe-t-il quand on est confronté à un passé dont on ne connaît rien? Quel est l’héritage qu’un père absent peut-il léguer à son jeune fils? Quel passé, quel présent et quel avenir, cela peut-il lui apporter?

Toi aussi, mon fils , publié par Les Éditions XYZ, est un roman rude, grinçant, palpitant, écrit presque sur le ton de l’urgence. Jonathan Pedneault nous entraîne de Paris aux zones de conflit d’Afrique, de Montréal à la Martinique. Sur la quatrième de couverture, on nous avertit d’emblée que le livre pourrait ne pas plaire à tous les publics. Ainsi l’auteur n’épargne pas son lecteur, par la dureté et l’intensité de ses propos et en n’ayant pas peur d’aborder des thèmes difficiles de manière crue et directe. Toi aussi, mon fils est une œuvre coup de poing, où les gants blancs et la dentelle sont remisés, sur la capacité (ou l’incapacité) d’aimer et son apprentissage. Ceci est le premier roman de Jonathan Pedneault. Bouleversant. À ajouter à votre liste de lecture si ce n’est déjà fait.

Toi aussi, mon fils, de Jonathan Pedneault (2017), Quai Nº 5, Montréal, Les Éditions XYZ, 360 pages.

Peu importe les coups de cœur littéraires de chacun, 2017 a été, une fois de plus, très prolifique en parutions de livres, et je nous souhaite, chers lecteurs, une année aussi pleine de littérature diversifiée et passionnante qu’elle l’a été cette dernière année.

Texte révisé par : Annie Simard

Vous pourriez aussi aimer...