La chronique littéraire : Rang de la Croix

Sombres destins

© François Drouin

Par :  Johanne Mathieu

Il est des maisons qui n’apportent jamais le bonheur à ses occupants, qui portent les marques de bien des drames. Dans le roman Rang de la Croix, écrit par Katia Gagnon et publié chez les Éditions du Boréal, l’auteure offre un roman sombre, racontant le destin de quatre femmes qui ont habité la même maison à différentes époques : la maison du rang de la Croix.

Rang de la Croix : rang du drame, rang du malheur, rang de la peur et rang de la folie. La maison du bout du rang se dresse et domine le paysage de sa masse sombre, comme elle a réussi à dominer bien des destins. À des époques différentes, Thérèse, Michèle, Marjolaine et Élizabeth y ont vécu des histoires tragiques. Thérèse, dans les années 1990, porte un fardeau terrible en elle, mais un homme, surgi de son passé, l’aidera à s’en libérer. À la faveur de la révolution sexuelle des années 1970, Michèle veut réinventer le couple et oublier le drame qu’elle cache en elle depuis son enfance. Dans les années 1960, Marjolaine quitte la vie religieuse qu’on lui a imposée, mais se rend compte qu’il est trop tard pour apporter la consolation aux siens. Et il y a Élizabeth qui, au début du siècle, s’impose une vie d’abgénation, mais ne parvient pas à échapper à ses démons. Qu’y a-t-il entre les murs de cette maison, quels drames s’y sont déroulés comme un écho qui se répercute à travers le temps?

Une maison porte les souvenirs de ceux qui y passent, garde leurs secrets, leurs désirs et leurs rêves, mais elle porte aussi leurs tragédies. Événements étranges, voix entendues, personnages troublants ou troublés, trahisons, secrets, vies brisées…  La maison du rang de la Croix porte-t-elle malheur à ceux qui l’habitent? En plus de nous faire revivre différentes époques, Katia Gagnon a su construire un suspense captivant, presque hypnotique, et terriblement efficace, contenant une bonne dose de fantastique. L’auteure garde les secrets de son intrigue et ne les dévoile qu’à la toute fin, surprenant ainsi les lecteurs. Un roman prenant, que l’on n’oublie pas, même après avoir tourné la toute dernière page.

Rang de la Croix, de Katia Gagnon (2019), Éditions du Boréal, Montréal, 360 pages.

Crédit image à la une : François Drouin

 

Vous pourriez aussi aimer...