La chronique littéraire : Qaanaaq

Un polar groenlandais

qaanaaq-1065846 (6)

© www.booknode.com

Par : Johanne Mathieu

En cette période de canicule extrême, pourquoi ne pas faire une petite excursion au pays des glaces, le Groenland? L’auteur Mo Malø s’aventure pour la première fois dans l’univers du polar avec Qaanaaq, un roman publié aux Éditions de La Martinière.

À Nuuk, quatre ouvriers de plateformes pétrolières sont retrouvés morts, le corps déchiqueté. Un véritable massacre. La police de Copenhague envoie le Capitaine Qaanaaq Adriensen pour prêter main forte à la police locale, démunie. Adopté à l’âge de trois ans, c’est à contrecœur que celui-ci retourne sur sa terre natale où il n’a jamais remis les pieds. Dans ce cas qui s’annonce comme la plus grande affaire criminelle du pays, l’attaque d’un ours polaire est vite avancée, mais certains points discordent avec cette hypothèse. Car depuis quand les ours crochètent-ils les portes? Mais qui alors aurait intérêt à commettre ces meurtres sordides? Flanqué de l’inspecteur inuit Apputiku, Qaanaaq mène l’enquête au pays des glaciers éternels, et découvrira peut-être, par la même occasion, le secret de ses origines… Imaqa. Peut-être.

traineau_glacier_qaanaaq_sled (3)

© www.yonder.fr

Avec cette bonne brique de 496 pages, Mo Malø offre amplement au lecteur de quoi se mettre sous la dent avec ce polar. On suit donc en parallèle l’enquête policière, mais aussi l’histoire personnelle de l’enquêteur Qaanaaq. Oui, Qaanaaq est en partie prévisible (surtout en ce qui concerne justement les origines du principal protagoniste, entre autres, que l’on découvre peu à peu) et comporte certaines longueurs. Mais l’intrigue ne piétine pas vraiment et est loin de nous laisser sur notre faim, bien au contraire!

« Celui qui dit la vérité trouve les portes closes. » L’enquête est parsemée de doutes et s’avère laborieuse, les suspects se multipliant rapidement. Et les enjeux sont nombreux : d’abord économiques (les compagnies pétrolières se livrant une forte concurrence), politiques (il est question d’un référendum pour l’indépendance du pays) et sociaux (une certaine hostilité existant entre les étrangers et les locaux). Bref, de quoi embrouiller les pistes! Dame Nature peut s’avérer aussi un adversaire coriace et peu collaboratif pour quiconque veut la braver. Elle aussi dicte sa loi. L’auteur est généreux quant aux rebondissements, dans ce polar qui se situe entre vérité et identité, sur le vaste territoire polaire qu’est le Groenland.

Qaanaaq n’est cependant pas qu’une simple intrigue policière. On en apprend davantage sur les croyances et les traditions des Inuits, la signification des mots et des noms, même si cela peut se révéler un vrai défi que de prononcer ceux-ci! Un roman riche en intrigues et en culture. Une bonne dose de sueurs froides et une très belle découverte.

Qaanaaq, de Mo Malø (2018), Éditions de La Martinière, Paris, 496 pages.

Texte révisé par : Marie-France Boisvert

Vous pourriez aussi aimer...