La chronique littéraire – Il n’y a pas d’erreur : je suis ici

Être ici plus qu’ailleurs

imageéléonore (4)

© www.ledevoir.com

Par : Johanne Mathieu

Après Notre duplex et Les choses immuablesÉléonore Létourneau nous revient avec un troisième roman fort et ébranlant qui jette un regard imperturbable sur la vie et la mort : Il n’y a pas d’erreur : je suis ici, paru chez Les Éditions XYZ.

Ayant franchi le cap de la cinquantaine, et alors que six mois de sabbatique le mènent au doute, un designer industriel s’envole pour Venise en aller simple. Mais les raisons de ce voyage demeurent floues. Va-t-il retrouver Elga, une ancienne flamme et un amour déçu qu’il n’a jamais pu vraiment oublier? Ou est-il parti à la rencontre de lui-même, de celui qu’il a été, de l’homme qu’il aurait aimé être et devenir?

Éléonore Létourneau signe ici une œuvre émouvante, mais néanmoins implacable racontant l’histoire d’un homme qui remonte le fil de ses souvenirs, que l’on découvre par fragments, et qui remet en question sa vie et son passé. Les thèmes de la vie et de la mort sont les principaux thèmes qu’abordent l’auteure. Les propos de Létourneau sont approfondis, toujours poussés plus loin, jusqu’à leurs derniers retranchements, là où on ne veut habituellement pas aller.

Renaud-bray couverture

© www.renaud-bray.com

L’auteure lance ici plusieurs pistes à suivre sur ce que l’on accomplit tout au long de notre existence, autant pour son personnage principal que pour le lecteur. La rumeur de la vie, son tourbillon, son brouhaha, nous jette parfois tout bêtement de la poudre aux yeux. Sommes-nous vraiment ici les deux pieds ancrés dans le présent ou sommes-nous toujours ailleurs à courir vers quelque chose que nous ne pouvons atteindre? Une leçon de vie sur ce qui nous échappe lorsque nous tendons continuellement vers cet ailleurs. Un récit poignant sur les murs qu’on s’entête parfois à ériger autour de nous, sur les masques que l’on porte et sur la possibilité de se perdre en cours de route. On retient son souffle devant ce roman marquant de véracité.

Il n’y a pas d’erreur : je suis ici, d’Éléonore Létourneau (2018), Les Éditions XYZ, Collection Quai nº 5, Montréal, 156 pages.

Texte révisé par : Annie Simard

Vous pourriez aussi aimer...