011

Jean-Pierre Ferland à la Maison symphonique

L’étoile du petit roi scintille toujours

5

© Maryse Phaneuf/MatTv.ca

Par : Christian Gaulin

Jean-Pierre Ferland est un charmeur et un grand amoureux des femmes, ce n’est plus un secret. Il aime encore sortir de temps en temps et s’offrir du bon temps, en agréable compagnie. Et je parle ici de son public. Comme il le dit si bien lui-même : « Je prends toujours plaisir à revenir à mes premières amours, la scène et mon public ».

Il est un peu coquet sur son âge, Jean-Pierre. Malgré ses 83 ans bien sonnés, il présentait vendredi soir, dans la superbe salle de la Maison symphonique de Montréal, son spectacle Avant de m’assagir, qu’on peut qualifier d’anthologie de ses plus belles chansons et de ses grands succès. Des classiques qu’on ne se lasse pas d’entendre encore et encore.

10

Le petit roi a pris de l’âge, mais il  est solide, en voix et allumé, bref en pleine possession de tous ses moyens. En plus, à travers toutes les anecdotes qu’il raconte, il a un grand sens de l’humour. Et le charme, lui? Il opère toujours! C’est indéniable, il a encore autant de plaisir à chanter, Jean-Pierre, et nous, toujours autant de plaisir à se laisser bercer par ses chansons.

Pour cette soirée magique, l’auteur-compositeur-interprète s’est entouré de cinq excellents musiciens dont André Leclair à la direction musicale et aux claviers, le réputé guitariste Jean-François Beaudet, Jean-Bertrand Carbou à la basse, Michel Roy à la batterie et Jean-Willy Kunz au Grand Orgue Pierre-Béique, qui donne une teinte feutrée et magnifique aux pièces musicales. Il a une belle complicité avec ces musiciens. Ferland peut également compter sur les voix sublimes de ses deux choristes, Julie Anne Saumur, sa conjointe et sa muse, ainsi que Mélissa Bédard, qu’on a découvert à Star Académie en 2012.

4

Jean-Pierre Ferland est entré sur scène en interprétant la chanson-titre de son spectacle Avant de m’assagir. Puis s’en sont suivies les très aimées After Shave, T’es belle, Quand on se donne, chantée en duo avec la femme de sa vie Julie Anne. Puis, il enchaîne avec La Route 11, Que veux-tu que j’te dise et Women’s Lib, une chanson qui n’a pas fait l’unanimité «du tout, du tout», à sa sortie en 1975, lors du mouvement féministe Women’s Lib, nous dit-il.

Puis, il y a eu le spectacle 1 fois 5, présenté pour la Fête nationale du Québec en 1976. «Ce fut un moment historique où Gilles Vigneault a chanté pour la première fois Gens du pays, Robert Charlebois a chanté pour la première fois OrdinaireClaude Léveillée a chanté pour la première fois Frédéric et Yvon Deschamps a chanté pour la dernière fois Les fesses! Et moi, lors de cette soirée mémorable, j’ai chanté pour la première fois Le petit roi», nous raconte Ferland, nostalgique, avant de nous l’interpréter.

Après ce beau moment où l’on a pu entendre les gens dans la salle fredonner Le petit roi avec lui, il nous offre ensuite les très rythmées Swignez votre compagnie et La danse à St-Dilon, suivies de Qu’est-ce que ça peut ben faire et Le Chat du Café des Artistes, une chanson qui raconte que le chat noir espionnait les amours et les abus des artistes qui fréquentaient ce lieu mythique, rue Dorchester, à l’époque des cabarets. Puis il nous livre Quand on aime on a toujours 20 ans, Sing Sing et Modern Hotel en duo avec sa douce moitié.

7

L’un des moments fort de la soirée fut l’interprétation de Je reviens chez nous, interprétée en duo avec Mélissa Bédard. Ferland nous explique que cette chanson fut reprise pour la première fois par Nana Mouskouri qui l’a chantée en sept langues. Il nous livre ensuite son incontournable Une chance qu’on s’a, chaudement applaudie, La Musique, sa chanson préférée parmi les plus de 500 qu’il a écrites, parce que la musique lui a sauvé la vie, nous confie-t-il.

L’homme nous parle ensuite du plus beau et grand moment de sa carrière, le 22 août 2008, où il a interprété Un peu plus haut, un peu plus loin avec Céline Dion et Ginette Reno sur les plaines d’Abraham lors du 400e de Québec. Vendredi soir, pour l’occasion, il reproduit cet instant magistral accompagné de ses deux choristes, Julie Anne et Mélissa. Ce fut véritablement LE moment fort du concert, qui s’est mérité une longue ovation debout.

Cette soirée marquée de nostalgie et de mélancolie s’est terminée avec les pièces touchantes Les amoureux et Je ne veux pas dormir ce soir.

Après plus de 60 ans de carrière en arrière de la cravate, plus d’une trentaine d’albums, 3 comédies musicales, 3 recueils de chansons, une multitude de spectacles, des kilomètres de route en tournée, des tonnes de prix, ainsi que des émissions de télé à profusion comme chanteur et plusieurs expériences comme animateur… OUI, le charme opère toujours, même après toutes ces années!

Vous pouvez suivre la carrière et les différents projets de Jean-Pierre Ferland via son site officiel et sa page Facebook. Et Jean-Pierre, sache que je m’offrirais volontiers une petite escapade dans ta campagne, à Saint-Norbert, afin de pouvoir discuter avec toi et d’en apprendre plus… Tes partant?

Crédit photo : © Maryse Phaneuf/MatTv.ca

Texte révisé par : Johanne Mathieu

Vous pourriez aussi aimer...