Jack Reacher sans retour

Un retour prévisible

Jack-Reacher-Never-Go-Back-Images©Paramount Pictures

Par : Martial Genest

Pour Jack Reacher : sans retour, j’ai assisté à la version originale anglaise donc je ne peux faire de commentaires sur les voix utilisées ou les traductions des répliques et jeux de mots.

Petit synopsis : un ancien militaire décoré, Jack Reacher, maintenant un sans-foyer, parcourt l’Amérique et aide son ancienne unité de la police militaire à résoudre certains crimes. Il se créera un lien entre lui et son contact au sein de cette unité. Cela le placera dans une situation complexe et une course effrénée dans la région de Washington DC.

Tom Cruise n’est pas mauvais dans ce film, mais son âge devient de plus en plus apparent. Celui-ci devrait faire comme Clint Eastwood et prendre des rôles de soutien pour les films d’action et laisser la nouvelle génération faire les cascades et être au premier plan.

Cobie Smulders n’a pas la prestance qu’elle avait dans son rôle de Maria Hill et semble avoir subi une transformation en une dame plutôt maternelle pour une femme militaire de carrière.

Il s’agit de la première présence au cinéma, dans un long-métrage, de Danika Yarosh. Son interprétation ressemble beaucoup à celle de son rôle de Malina Bennet dans la défunte série Heroes Reborn.

Les échanges entre les membres du trio semblent plus naturels et plausibles que les échanges entre Tom Cruise et Patrick Heusinger le vilain de ce film. Le scénario est prévisible du début à la fin.

Cette adaptation du livre « Never Go Back »  de Lee Child est un peu terne pour le directeur Edward Zwick, celui-ci nous ayant dirigé de véritables chefs d’œuvre par le passé tels que Glory, Blood Diamond ainsi que The Last Samurai, ce dernier avec Tom Cruise, bien sûr.

Pour les fans de films d’action, vous serez gâté pour 1h58 et si vous avez l’intention de le voir sur grand écran, dépêchez-vous, car celui-ci ne sera pas longtemps en salle.

Texte révisé par : Marie-Eve Brisebois

 

Vous pourriez aussi aimer...