Irayo Toruk!

Stupeur et émerveillement

IMG_0431

 

©Véronyc Vachon/MatTv.ca

Par Marie-Hélène Amyot

C’est en ce lundi de pluie qu’avait lieu la première mondiale du tout dernier spectacle du Cirque du Soleil, Toruk – Le Premier Envol, spectacle multimédia interactif et immersif. Personnalités publiques, médias et autres spectateurs s’étaient donné rendez-vous au Centre Bell afin d’assister au spectacle inspiré de l’œuvre de James Cameron, Avatar, vif succès cinématographique de 2009.

Tout comme dans le scénario original, l’action a lieu sur Pandora, mais il se passe 3000 ans avant que les humains n’y aient mis les pieds. Ralu et Entu, deux jeunes à l’aube de l’âge adulte, partent à la recherche de 5 objets sacrés qui leur permettra d’accéder au Toruk, dangereuse créature ailée rouge et jaune, afin de sauver l’arbre des âmes d’une destruction certaine. Selon la prophétie, seule une âme pure chevauchant la bête peut sauver les Na’vi.

IMG_0169

Les artistes de la production respectent le standard auquel on s’attend du Cirque du Soleil. Habiles, agiles, créatifs, investis et professionnels, ils ont reconstitué avec succès le monde de Pandora. Alors que certains acrobates effectuent différentes figures ou se tiennent en équilibre, d’autres manipulent de gigantesques cerfs-volants ou effectuent un numéro se rapprochant du tissu aérien.

Des marionnettes s’ajoutent au tableau et portent les traits du concepteur Patrick Martel, qui a choisi de laisser les ficelles et les tiges de ses créations apparentes dans le but d’inciter le spectateur à retrouver son cœur d’enfant et à imaginer que ces bêtes constituées de matériaux de toutes sortes, sont véritables.  Amateurs du film de James Cameron, vous ferez la connaissance de deux nouvelles créatures : les austrapèdes et le tortapède. Le langage d’origine est employé et grâce aux costumes, fortement inspirés de ceux que l’on retrouve dans Avatar sans en être la copie conforme pour plus de véracité, on y croit.

IMG_0332

Pour bien servir cette histoire et la rendre d’un réalisme époustouflant, tous les éléments ont été rassemblés. Que ce soit visuellement ou sonore, tout a été pensé pour que le spectateur se sente à Pandora. Michel Lemieux et Victor Pilon auteurs et metteurs en scène du spectacle sont également des pionniers dans le domaine du multimédia et Toruk – Le premier envol surprend par l’ampleur des possibilités exploitées à ce niveau.

Ayant comme terrain de jeu, une surface de projection équivalent à cinq écrans IMAX standard, les différents éléments sont plus vraisemblables les uns que les autres et nous transportent au cœur de l’action. D’ailleurs, on a parfois l’impression de faire partie du décor, comme lorsque des étoiles sont projetées dans la foule. Jumelé à la musique, dont plusieurs sons sont tirés de la nature, pour offrir au public une expérience complète, le résultat est tout simplement magnifique.

IMG_0462

Ce fut donc une trop courte escale à Pandora qui s’est offerte à moi. Un spectacle d’une beauté émouvante qui se mérita une ovation debout et que je vous invite très fortement à aller voir. Pour plonger dans l’univers des Na’vis et connaître le sort de nos deux protagonistes, n’hésitez surtout pas. Un cadeau de soi à soi, pourquoi pas!?

Crédit photo: ©Véronyc Vachon/MatTv.ca

Vous pourriez aussi aimer...