île Soniq 2016 – Jour 1

Montréal… une ville Dubstep-Trap?

IMG_8161

©Carolanne Lamontagne / MatTV.ca

Par FrankEDG

C’est vendredi qu’avait lieu la troisième édition du maintenant très populaire festival extérieur, l’Ïle Soniq, présenté par Evenko. Je dis très populaire, car sur le site on pouvait facilement dire qu’il y avait minimum 15 000 personnes. C’était ma première expérience, alors laissez-moi vous parler un peu de tout.

Premièrement, je fus agréablement surpris de l’efficacité des employés responsables de la logistique sur le terrain. En arrivant, aucune ligne d’attente interminable pour le stationnement, grâce au professionnalisme des gens de la circulation, et une fois stationnés, moi et quelques personnes furent même transportés par la navette habituellement réservée au personnel de l’Île Soniq (merci à Nathalie Preseault pour ce beau geste qui fût vraiment apprécié de nous tous en cette chaude journée!). Une fois rendu à l’entrée, j’ai examiné rapidement la fluidité de la file d’achat de billets et ça avançait très rapidement, même chose pour la fouille. Les employés des nombreux bars à boisson ou aux kiosques de nourriture étaient tous très courtois et souriants. Pour ce qui est de l’emplacement des 3 scènes (Oasis/Fido, La Vie Budlight et Néon), elles n’étaient pas trop distancées l’une de l’autre, donc faciles d’accès, mais étaient bien isolées de leur musique respective.

IMG_8325

Deuxièmement, parlons de l’attrait principal de l’événement, les DJs et leur musique. J’irai en ordre de prestations sur scène des artistes auxquels j’ai pu assister. Afin de me réchauffer les oreilles un peu, j’ai commencé mon aventure musicale devant la scène La Vie Budlight où je fis la découverte d’un artiste que je ne connaissais point encore, Throttle. J’ai bien fait de commencer avec celui-ci, car étant né dans les années 80, j’ai énormément apprécié les remixes de styles house et future house de classique du disco, et de chansons rock des années, qui parsemèrent tout au long le set de ce superbe DJ (titre retenu et grandement apprécié : Throttle x Earth, Wind & Fire – September). Ensuite, je me suis dirigé vers la scène principale pour admirer ceux qui y sont présentés; dont le protégé du grand Harwell, Dyro. Généralement juste du positif à dire pour ce talentueux producteur et DJ, set sans erreur et rempli de morceaux très puissants dont mon préféré : Dyro – Black Smoke). Mais… j’ai une question pour vous chers lecteurs… suis-je le seul à croire que Montréal n’est pas la meilleure scène pour que les DJs s’acharnement à jouer du Dubstep ou du Trap? Moi je répondrai à cette question comme ceci : Dyro, 3LAU, W&W, Marshmello, The Chainsmokers, nous aimons la vraie musique à Montréal. Donc, prochaine fois, ça suffit la destruction des tympans avec des sons ressemblant à une grue grattant un mur de métal. Car, je ne sais pas si tous ne s’apercevaient pas du haut de leur tour de princes du EDM (la scène qui était très haute), mais lorsque finalement ils jouaient des morceaux à saveur plus House ou Électro, la foule réagissait mille fois plus fort! Ce qui amène très bien ce que j’ai à dire sur le dernier à passer sur scène pour la soirée du vendredi, Zedd. Zedd, thank you, un énorme merci de la part des montréalais d’avoir sauvé cette merveilleuse soirée en jouant, à l’exception d’un ou deux, que des morceaux House et Électro. Ce fût le seul DJ pour lequel la foule applaudit pendant toute la soirée devant la scène principale. Il joua ces succès, bien sûr, qui permirent une grande évasion mentale grâce à des voix enivrantes, dont celle de Selena Gomez.

Pour finir, j’aimerais féliciter l’équipe d’Evenko pour le visuel de la scène. Les écrans étaient gigantesques et permettaient de voir avec une grande précision tous les détails du graphisme psychédélique que toutes les équipes de productions des DJs avaient à présenter à cette édition 2016 du grandissant festival, l’Île Soniq. Somme toute, j’ai bien aimé ma journée, mais je crois que l’année prochaine une meilleure programmation des DJs serait de mise.

Crédit photo : ©Carolanne Lamontagne / MatTV.ca

Texte révisé par : Louise  Bonneau

Vous pourriez aussi aimer...