Humour mordant, actuel et diversifié

Retour sur Not Gala au Zoofest 2017

22_Crédit Myriam Frenette-024

© Myriam Frenette/Zoofest

Par Maxime D.-Pomerleau

13 humoristes pour 26 $, c’est ce que nous offrait Not Gala, nouvelle mouture du Gala des refusés, présenté au Zoofest 2017. À l’instar des deux dernières éditions, Jay Du Temple a carrément laissé tomber les auditions cette année pour tout simplement présenter son gala, avec des invités triés sur le volet, éclectiques et rafraîchissants. Un pari relevé avec brio, évidemment, et présentant des numéros qui ne pourraient jamais passer à TVA, aux traditionnels galas Juste pour rire.

L’hôte de la soirée s’est présenté samedi sur la scène principale du Monument National, cheveux tressés et habillé en pimp de Miami des années 80 (stylé par Mariana Mazza), devant une salle comble. Signe que le gala est populaire, la file de spectateurs à l’extérieur s’étirait jusqu’au Café Cléopâtre! Le futur animateur d’Occupation Double en a profité pour parler de son nouveau mandat, de même que son récent examen des testicules chez le médecin. Rassurez-vous, il n’a pas le cancer, et sera des nôtres encore longtemps pour nous divertir.

Loin des blagues de mononcle et des numéros stéréotypés à la planche que présente Juste pour rire, les thèmes abordés dans Not Gala étaient à l’image des préoccupations de la nouvelle génération d’humoristes : les enfants (les siens et ceux des autres), la vie de couple, l’identité, tout en laissant une bonne place aux conteurs et aux personnages absurdes.

22_Crédit Myriam Frenette-046

© Myriam Frenette/Zoofest

Mike Beaudoin a réchauffé la salle en racontant principalement des histoires vécues avec sa fille, source d’inspiration inépuisable. De l’humour qui parlera aux gars, sans tomber dans les clichés sexistes. Une slackline sur laquelle Beaudoin marche en équilibre. Simon Delisle n’a pas peur de parler des vraies affaires, brisant lui-même les malaises possibles, avec sa première ligne sur sa présence qui est due à Rêve d’enfants. Son langage coloré lui permet d’exprimer son indignation sur divers sujets de manière unique et désopilante. Il est le seul invité à avoir pensé à une vraie fin à son numéro, la plupart enchaînant des blagues jusqu’à un « C’est tout pour moi, merci » un peu brutal. Il n’est peut-être pas devenu le lutteur imaginaire de sa jeunesse, mais c’est dans le ring de l’humour qu’il fait ses meilleures prises.

En humour depuis seulement trois mois, Christine Morency a été la belle découverte de ce gala. Jouant avec les référents réservés aux filles et aux grosses filles, elle aborde des sujets de front sans complexe, avec un franc-parler qui détonne et, inévitablement, fait rire. Bon move de la demoiselle, qu’on retrouvera sous peu sur une autre scène dans la région de Montréal. L’insolent Thomas Wiesel a gagné plusieurs spectateurs avec son regard cru et lucide sur la vie, amené avec un calme désarmant. Il maîtrise la descente sur le terrain glissant du terrorisme en Europe autant que sur l’affaire Mike Ward. Des blagues de second degré, tout en subtilité, comme on les aime.

22_Crédit Myriam Frenette-069

© Myriam Frenette/Zoofest

Un habitué du Zoofest, Mathieu Pepper, était du spectacle, lui qui était aussi du Gala des refusés l’an dernier, avec Delisle. Son image fusionnant capteur de rêve et condom a effacé tout ce dont je me souvenais du numéro et me hante, désormais. Tous les galas traditionnels accueillent au moins un personnage parmi les invités. Quelle ne fut pas la surprise du public de voir débarquer Monsieur Mousteille, mythique personnage incarné par l’Appendice Julien Corriveau. Monsieur Mousteille est célèbre aujourd’hui grâce à son documentaire Trop poreux, paru il y a cinq ans. Nous n’avons pas eu droit à ses savoureuses leçons de vocabulaire, mais plutôt au cours qu’il donne à l’École nationale de l’humour, pour savoir être « hilarant dans toutes les situations ». Anecdotes de piscine et de sexe au rendez-vous.

Malgré un départ un peu lent où il parlait de son amour pour Jay (le rebaptisant Sean Paul), Kevin Raphaël a néanmoins livré une bonne performance. On retiendra son excellente réplique aux attardés qui lui lancent encore « Retourne dans ton pays! » : « Au moins, moi, j’en ai un! ». Fary, le Français le plus cool (en visite) en ville, a éclaté la place avec son humour philosophique et décalé. Il a l’aisance du stand-up emprunté aux Américains, et l’acidité de la plume française, en plus de revitaliser le style « t-shirt et pantalon de jogging » propre aux humoristes. Fary is the new black, son spectacle solo au Zoofest, porte très bien son nom. Un artiste définitivement à surveiller.

22_Crédit Myriam Frenette-089

© Myriam Frenette/Zoofest

Charles Pellerin a ensuite pris la place, avec son débit rapide et nerveux. Le nouvel animateur des Lundis de l’humour au Jockey nous a parlé de sa vie amoureuse chaotique, de ses réflexions sur Luca Rocco Magnotta (jamais en 100 ans on en parlerait à JPR), à son ex-fréquentation qui s’est révélée lesbienne. Julien Lacroix avait clairement un fan club dans la salle, tellement ça criait lors de son entrée. L’humoriste n’avait pas peur de niaiser les galas TVA et surtout, leur public; caricaturant monsieur et madame Tout-le-monde. Ça aurait rit jaune au St-Denis, alors que la foule du Monument National riait de bon cœur de ses simagrées.

Après Roman Frayssinet, nonchalant, qui nous a interprété quelques personnages sans doute proches de sa personnalité éclatée, c’est Guillaume Pineault qui fermait la soirée, avec un numéro fort énergisant sur ses escapades de motos de l’été. Hochelaga a de quoi être fier de son résident, et les vidéos qu’elle a prises de lui avec sa moto pourraient valoir cher un jour!

22_Crédit Myriam Frenette-115

© Myriam Frenette/Zoofest

Avec 12 invités parmi lesquels un Suisse, deux Français, un Québécois d’origine haïtienne et une femme (Zoofest, vous auriez pu faire mieux sur ce coup-là), Not Gala clenche allègrement Juste pour rire au niveau de la représentation de la diversité. Plusieurs artistes sont en spectacle ces jours-ci à Montréal, consultez leur site pour les attraper!

Mike Beaudoin

Simon Delisle

Christine Morency

Thomas Wiesel

Mathieu Pepper

Julien Corriveau

Kevin Raphaël

Fary

Charles Pellerin

Julien Lacroix

Roman Frayssinet

Guillaume Pineault

 

#Zoofestmtl

Photos : © Myriam Frenette/Zoofest

Texte révisé par : Johanne Mathieu

Écrit par

Geekette de la musique de champ gauche, passionnée de culture et de médias, animatrice radio, artiste en performance et petite voyageuse. Doyenne des collaboratrices de MatTv.ca!

Vous pourriez aussi aimer...