Heavy Montréal, jour 2 : un boost d’énergie!

Du talent local brut!

1

©Maryse Phaneuf/MatTv.ca

Par : Julie Côté

Après avoir séché nos chaussures et nos vêtements de la veille, nous sommes revenues sur le site du parc Jean-Drapeau, prêtes à affronter une deuxième journée du Festival Heavy Montréal. Au menu pour ce dimanche ensoleillé, nous sommes allées voir  Get the Shot, The Agonist, Hollywood Undead et nous avons assisté au retour de Limp Bizkit en territoire montréalais. Est-ce que ça en a valu la peine? Du moins, on peut dire qu’énormément de monde était au rendez-vous.

33

Alors que Avenged Sevenfold devait fermer la journée du dimanche, les gens ont été nombreux à émettre leur insatisfaction d’avoir un groupe de Nu Metal pour clore le festival, Limp Bizkit. À  première vue, arrivée sur le site du festival, la majorité silencieuse s’est manifestée par sa présence importante. Avec quelques minutes de retard, le groupe s’est amené sur scène, et nous avons entendu les premiers rythmes de guitare de Break Stuff. À son premier concert dans la métropole depuis 2003, le groupe, en particulier son chanteur Fred Durst était visiblement en forme. Durst et son guitariste Wes Boreland se sont rendus directement dans la foule, et ce, dès la première chanson. « Nous sommes Avenged Sevenfold! », a dit Durst à la blague. Le groupe a d’ailleurs fait honneur à celui-ci, en jouant un court extrait d’Unholy Confessions.

20

Un peu plus tôt dans la soirée, les garçons d’Hollywood Undead, fidèles à leurs habitudes, nous ont offert un excellent moment musical. Ayant des masques devant leur visage lors des trois premières chansons, le groupe a enchaîné succès après succès, et Charlie Scene, le rappeur du groupe, a fait monter un fan sur scène qui a joué avec la guitare du rappeur durant la chanson Comin in hot! « Tu risques de passer ta nuit avec une fille ce soir! », mentionne Charlie au fan. En plus d’enchaîner leurs chansons les plus populaires, le groupe nous a également  présenté un medley englobant Enter Sandman de MetallicaNightmare d’Avenged Sevenfold et Du Hast de Rammstein.

Le métal québécois, une richesse (trop) méconnue!

En début de journée, nous nous sommes rendues vers la scène du jardin sans trop d’attentes, pour faire la connaissance de Get the Shot, un groupe de trash metal originaire de Québec. Le groupe débordait d’énergie; on a tout de suite eu l’envie d’embarquer avec eux. Il y avait tellement d’énergie que le chanteur Fruit Punch JP s’est présenté vers la foule pour surfer sur elle, tout en continuant de chanter la fin de sa chanson! Un A+ pour la performance.

Après ce regain d’énergie, c’était sans me douter que j’allais assister à ma meilleure performance du festival avec le groupe montréalais The Agonist. La chanteuse Vicky Psarakis affiche un magnétisme impressionant qu’on pourrait comparer à Floor Jansen de Nightwish ou encore celle qui l’a précédée à la tête du groupe et qui chante présentement avec Arch Enemy, Alissa White-Gluz. On ne voit qu’elle sur scène, mais ses collègues la supportent magnifiquement bien, dont le guitariste Pascal Jobin, qui s’est adressé en français à la foule à de nombreuses reprises.

Donc, est-ce qu’on se revoit l’année prochaine pour une fin de semaine de métal? Moi, j’y serai!

Crédit photo : ©Maryse Phaneuf/MatTv.ca

Texte révisé par : Annie Simard

Vous pourriez aussi aimer...