Grands Ballets : Marie Antoinette

Quand la cour de Versailles s’invite à Montréal

M

©PamFrancis

Par Jean Baptiste Henry

Le Houston Ballet débarque à Montréal pour nous présenter ce morceau d’histoire de France ! Utilisant un énorme casting de personnages haut en couleur de la Cour française et autrichienne. Ce ballet retrace l’histoire de la Révolution française comme un récit de danse théâtrale sur la vie de Marie-Antoinette, épouse de Louis XVI . On découvre une  innocente et timide princesse autrichienne nerveuse à la vue d’épouser le jeune Dauphin de France . On suivra sa vie faite de plaisirs et de moments dramatiques jusqu’à la guillotine.

La jeune Marie entre à  la cour de Versailles par d’imposantes murailles de pierre grise ce qui contraste avec les intérieurs chaleureux de la cour d’Autriche . S’inspirant des décors dorés du Palais de Versailles, le cadre de scène permet de mettre en avant la jeune reine.  La scène suivante se passe  dans Le Hameau au milieu des jardins de Versailles, où Marie joue la bergère entourée de ses dames habillées comme  des laitières avec son troupeau de moutons et d’oiseaux. À ces débauches de scènes de danse ivre où elle s’amuse avec ses amis s’ajoute le grondement du peuple. Le déclenchement de la révolution est le moment le plus marquant où la virtuosité scénographique prend toute sa force.

Melody-Mennite-and-Ian-Casady_Marie_Photo-Amitava

©Amitava

La coquette Comtesse du Barry , un des points forts de la cour de Louis XV était de toute  grâce, souples ses pieds semblaient à peine toucher le sol. Elle volait parmi les courtisanes,  une véritable plume en apesanteur qui dominait la scène à chaque fois qu’elle apparaissait. Le duo  que formait  Marie-Antoinette et son amant , le comte Axel Fersen explosaient de tendresse et d’amour. Les duos finals sont plus nuancés dans le dialogue émotionnel entre deux corps. En effet la reine montre de l’affection , mais elle conserve sa passion pour son amant Fersen, en ce moment tragique à la Conciergerie où la milice révolutionnaire réclame les têtes de la famille royale. L’équipe de  jeunes danseurs  affichent une magnifique virtuosité  dans leurs sauts puissants avec une certaine passion romantique. Les effets du groupe à l’acte III font écho au clip Triller de Michael Jackson où les zombies affamés entoure comme un essaim Marie-Antoinette  qui doit faire face au tribunal révolutionnaire . La chorégraphie de Stanton Welch repose sur des conventions qui utilisent beaucoup le mime et les gestes codés dans un tout narratif du type de ballet de Petipa. La musique majestueuse et mélodiquement riche de Chostakovitch marque le récit du ballet. Les effets d’éclairage exploitent tout le drame des moments historiques. Ceci est renforcé par l’intensité des émotions des personnages aux costumes époustouflants. Les ensembles de Kandis Cook permettent un véritable dialogue entre les événements interprétés sur scène et l’architecture du décor.

Même si vous avez seulement une vague idée de l’histoire française , je vous conseille une brève lecture du livret du spectacle qui est une excellente source d’information avec son bref résumé de chacun des trois actes. Cette revisite de la Révolution du point de vue de Marie-Antoinette laisse à désirer du côté historique. Je ne blâmerais pas le metteur en scène d’exploiter tout cela comme une source de drame passionnant. C’est le type de spectacle qui  rejoint tous les publics. En effet, la chorégraphie n’est pas pensée de manière formaliste. De plus, le Houston Ballet présente une histoire simplifiée de cette époque où la guillotine est juste un symbole du règne de terreur avec un éclairage rouge  donnant l’impression du sang.

L’histoire de France racontée à travers la danse est magnifiée par ce spectacle de toute beauté. Pour ceux qui n’aiment pas le ballet, vous ne pourrez que tomber en amour avec cette équipe de jeunes danseurs énergiques et talentueux, dont les prouesses corporelles ne peuvent être qu’admirées.

Vous pourriez aussi aimer...