Le Grand Montréal Comique présente la St-Jean-Baptiste

Première édition de L’équipe nationale de stand-up du Québec

© Laura Choquet/MatTv.ca

Par: Ariane Coutu-Perrault

Dans la foulée du Grand Montréal Comique, qui essaie déjà de se renouveler, Martin Petit, Patrick Groulx, Stéphane Fallu, Christine Morency, Didier Lambert, Eddy King, Maude Landry, Silvi Tourigny, Sylvain Larocque et Charles Deschamps sont montés sur scène pour célébrer la fête nationale. Dans un élan de grande générosité, le festival donnait des billets aux gens qui avaient assisté à la soirée d’ouverture, deux jours plus tôt. Le spectacle commence avec cette belle brochette d’humoristes, prêtant serment de garder les intentions des humoristes nobles, en poussant la note de façon sarcastique.

Le premier à partir le bal est Patrick Groulx, moins d’actualité qu’à l’époque du Groulx Luxe. Il fait des blagues, sur les Québécois-e-s, et il s’enligne dans une direction un peu «mon’oncle», mais assez bien dosée et bien assumée, ce qui passe donc plutôt bien. La différence entre les plus vieux humoristes et les humoristes de la relève se fait très présente, à l’exception de Charles Deschamps, qui manque de subtilité et d’originalité. Maude Landry, qui passait en deuxième, a complètement volé la vedette de la soirée. Elle aurait d’ailleurs dû clore la soirée puisqu’elle était de loin la plus drôle, autant par ses textes et ses analyses réfléchies que par sa présence, en jouant brillamment avec les malaises, avec un ton de voix très calme et très lent, ce qui explique peut-être son arrivée hâtive dans le spectacle. Stéphane Fallu et Sylvain Larocque sont à la hauteur de ce que l’on connait d’eux, pas très drôles et plutôt machos.

Le spectacle est entrecoupé par des interventions assez intéressantes comme une mise en scène de pêcheurs avec Martin Petit, Didier Lambert et Sylvain Larocque. Mais le moment le plus fort du spectacle, après la prestation de Maude Landry bien sûr, est le moment où certains humoristes prennent un temps pour demander pardon d’avoir fait certaines blagues offensantes, il y a plusieurs années. Ils redisent donc leurs blagues en les jetant dans un petit cercueil. Martin Petit prend Patrick Groulx par surprise en le forçant à répéter une vieille blague, ce qui le rend très mal à l’aise. Il en profite pour s’excuser de façon très sincère.

Encore une fois, le Grand Montréal comique a su innover tout en restant dans le respect, ce qui donne encore plus envie de les encourager. Mention d’honneur aux femmes humoristes présentes qui ont su briller et se démarquer des autres humoristes, à travers des stéréotypes bien apprivoisés. Eddy King a lui aussi été à la hauteur de sa réputation en utilisant des stéréotypes bien personnels, comme quoi les minorités visibles étaient à l’honneur ce soir-là!

Crédit photo : © Laura Choquet/MatTv.ca

Texte révisé par : Marie-France Boisvert

Vous pourriez aussi aimer...