Gallea : la galerie 2.0

Une entreprise fait ses débuts dans le milieu de l’art

© Photo officielle

Par: Justine Millaire

Gallea est une jeune startup visant à utiliser la technologie pour aider le milieu artistique québécois. En bref, il s’agit de favoriser le contact entre l’artiste et l’acheteur et d’aider ce dernier à se développer un réseau. Pour me parler plus en détail de cette entreprise, j’ai eu la chance de discuter avec Guillaume Mario Parent, ingénieur de formation et membre de l’équipe Gallea.

Imaginons un instant que vous êtes un artiste du domaine de l’art visuel en 2D (peinture, illustration, photographie, etc.). En vous créant un compte sur Gallea, vous pouvez développer votre portfolio en ligne et y présenter vos œuvres, vous permettant ainsi de gagner en notoriété. De plus, l’entreprise a récemment lancé Gallea Premium. En payant un abonnement mensuel, vous pourriez avoir accès à tout un réseau d’exposants urbains situés un peu partout à Montréal comme des cafés, des bars, des restaurants, etc.

Selon Guillaume Mario Parent, cette option offre de nombreux avantages par rapport à la galerie d’art traditionnelle en cela que l’artiste est en mesure d’exposer ses œuvres peu importe s’il est reconnu ou non. Aussi, il est possible de mettre l’artiste en valeur au cœur de sa localité en l’exposant dans un commerce de son quartier. Et tout au long du processus, l’artiste demeure en contrôle de son portfolio et des endroits où ses œuvres sont affichées et il conserve par conséquent son indépendance.

© Photo officielle

Et si, comme moi, vous avez plus l’amour de l’art que le talent pour en créer, cette plateforme peut également être bien pour vous. En effet, quelqu’un souhaitant une œuvre d’art originale peu utiliser Gallea, chercher une œuvre qui l’intéresse et trouver l’endroit où elle est exposée pour venir la voir sur place. Si elle l’intéresse toujours, il peut payer l’œuvre en ligne, montrer sa preuve de paiement au commerce et repartir avec la toile sous le bras. On pourrait donc voir Gallea comme un échange de bons procédés, où la clientèle d’une entreprise est mis en contact avec l’œuvre d’un artiste et où les amateurs d’art sont amenés dans des commerces où ils n’auraient pas nécessairement étés autrement, permettant du même coup de mettre en valeur les commerces locaux.

© Photo officielle

Guillaume Mario Parent explique que le projet Gallea s’inscrit dans la mouvance de entrepreneuriat d’impact, c’est-à-dire d’une entreprise visant à faire un profit personnel, mais en faisant en même temps une différence positive dans sa communauté. Jusqu’à présent, Gallea travaille avec environ quatre-cent artistes et cinquante exposants urbains. L’entreprise travaille présentement sur l’élaboration d’une carte interactive permettant aux amateurs d’art de se balader dans les quartiers de Montréal à la rencontre de ses artistes. Définitivement, c’est un projet à suivre pour les artistes de métier ou de cœur.

Vous pourriez aussi aimer...