Gala Juste Stand-Up : Sympathique retour à la source

L’importance des mots

5

© Maryse Phaneuf / MatTv.ca

Par : Marie-Claude Lessard

Pas de costumes, pas de sketchs, pas de décors flamboyants, pas de personnalités connues issues d’autres domaines… qu’un tabouret noir, des feuilles de notes, quelques verres d’eau et des humoristes fiers de présenter le fruit de leur dur labeur. Ça faisait longtemps qu’un Gala Juste Pour Rire n’avait pas aussi bien célébré les bases de l’humour. La soirée tout en stand-up animée de main de maître par Patrick Groulx a suscité assez d’hilarité pour que ses moments ternes soient facilement excusés.

2

Après une amusante introduction présentant l’abécédaire du stand-up de la part de l’animateur de l’émission Dans ma tête, Simon Gouache a enflammé les planches avec un numéro tordant sur le CrossFit. Grâce à son franc-parler et son visage fort expressif, celui qui traversera  le Québec dès septembre avec son premier one-man show a abordé le CrossFit, un sujet de plus en plus cliché, avec une fraîcheur unique. Dès la fin de son segment, le public s’est spontanément levé. Étrangement, cette ovation fort méritée a surpris le principal concerné. Il faut qu’il s’habitue à l’amour du public, car leur relation ne fait que commencer!

3

Didier Lambert a quelque peu jeté une douche froide sur cet enthousiasme en faisant des blagues douteuses et éculées sur les femmes bien enrobées. Le second degré était presque imperceptible, surtout lors de la finale où l’humoriste a imité une girafe vomissant des shooters. Stéphane Poirier a ensuite offert un numéro sur les nombreuses contradictions régissant la conjugaison des verbes. Le public a semblé apprécié ce sujet puisqu’il a attribué une ovation à l’humoriste, mais celui-ci aurait frappé encore plus la cible s’il avait raccourci son segment pour éviter la répétition de certains gags.

6

On a déjà connu Korine Côté un peu plus incisive. Sa haine envers les maringouins et autres mouches à chevreuil soutirait des sourires, sans plus. On constate la finesse de son écriture, on apprécie son sarcasme, mais le thème de ce numéro s’avérait un peu trop mince. Même son de cloche en ce qui concerne Guillaume Wagner. Ses observations sur la société comportaient des transitions boiteuses. Son numéro était bien écrit, mais un peu trop lisse en comparaison à ce que l’humoriste nous a habitué.

11

Le Québécois Daniel Tirado, qui habite à New York depuis plusieurs années, a offert un hilarant aperçu du stand-up à l’américaine. Avec son air blasé et son humour pince-sans-rire, il est parvenu à surprendre le public avec des remarques bien construites qui illustraient brillamment la désensibilisation caractérisant les gens résidant dans une grande ville. Nouveau gagnant de l’émission En route vers mon premier gala, l’Italien Angelo Schiraldi a prouvé que le handicap d’une personne n’empêche pas la matérialisation d’un rêve. Il a déridé les spectateurs grâce à un savoureux sens de l’autodérision. Certaines mauvaises langues pourraient déclarer qu’il n’aurait pas reçu une ovation s’il n’était pas handicapé. Certes, l’humoriste de la relève n’a pas offert un numéro parfait, mais il a été en mesure de montrer son énorme potentiel. Son segment se compare aisément à la qualité de ceux offerts par les anciens lauréats d’En route vers mon premier gala.

13

Bref, le Gala Juste Stand-Up a livré plus qu’admirablement la marchandise en proposant plus de fous rires que de bâillements!

 

Crédit photo : ©Maryse Phaneuf/MatTv.ca

Texte révisé par : Annie Simard

Vous pourriez aussi aimer...