FrancoFolies : Nicolas Pellerin

Des airs de fête avec Nicolas Pellerin et les Grands Hurleurs

Presse NicolasPellerinGH 2

Crédit photo : © Courtoisie

Par : Anny Lemire

Malgré la petite foule présente sur place, violon, guitare et contrebasse étaient au rendez-vous le 16 juin dernier sur la Scène Bell des FrancoFolies. À 19 h, Nicolas Pellerin et les Grands Hurleurs ont pris d’assaut la scène afin de livrer une solide prestation d’une heure et de faire danser Montréal sur des airs de musique folklorique traditionnelle.

Aux premiers abords, le spectacle était assez calme, les chansons étaient excellentes, mais le public semblait assez gêné. Cela n’a toutefois pas duré, aussitôt les premiers airs de La lurette en colère entamés, le public s’est lâché lousse, comme on dit. Le trio a enchaîné avec d’autres titres tels que : La prison de l’ombre, Entre la rivière et le bois, Trégate, Rossignolet ainsi qu’une chanson typiquement madelinienne Le Corsaire le Grand Hurleur. Pendant cette chanson, j’ai particulièrement admiré les écrans géants sur scène qui diffusaient des images de bateaux malmenés par une tempête, c’était magnifique!

Presse NicolasPellerinGH 1

Crédit photo: ©Courtoisie

Alternant entre les morceaux instrumentaux et les morceaux chantés, ils ont très bien livré la marchandise. À la fin du spectacle, Élage Diouf s’est joint à eux sur scène afin de démontrer que la musique traditionnelle est universelle, que peu importe notre origine, ça se ressemble après tout.

Énergiques, souriants, complices, Nicolas Pellerin, Simon Lepage et Stéphane Tellier s’en sont donnés à cœur joie. Généreux, ils nous ont transmis leur passion de la musique folklorique traditionnelle. Leur dynamisme rajeunit le genre musical et l’actualise tout en lui laissant son charme d’autrefois. Si vous voulez prendre part à la fête, le groupe se produira également dans plusieurs festivals d’été dans les semaines qui viennent. Pour les villes visitées et les dates exactes, vous pouvez jeter un coup d’oeil au site officiel de la formation. C’est à surveiller!

 Texte révisé par : Annie Simard

Vous pourriez aussi aimer...