Émile Bilodeau aux Francos

Le phénomène Bilodeau

émile1© Frédérique Ménard-Aubin

Par Marie Eve Archambault

Émile Bilodeau a conquis le coeur des Québécois par son charisme et ses textes qui reflètent la réalité à laquelle on s’identifie rapidement. Dès son arrivée sur la scène du Club Soda vendredi dernier dans le cadre du 30e anniversaire des Francofolies, la foule l’a accueilli comme un maître par des applaudissements et des cris qui ont fait vibrer la salle dès la première seconde, et ce, jusqu’à la dernière. Dès la première chanson (Tu me dirais-tu?), on se dit qu’il est impossible que le public chante plus fort. Pourtant, le décibel n’a fait qu’augmenter jusqu’à enterrer Émile Bilodeau à plusieurs reprises lors de cette soirée.

L’une des premières interventions du chanteur a été: « Pour ceux qui me connaisse, vous savez, on m’a vu Passer à TV et pour les autres qui ne savent pas qui je suis, ben fuck you. » Dès l’ores, on saisit bien le personnage, qui à mon avis, est très drôle et attachant. Ses interventions étaient toujours empreintes d’humour (Où il raconte que sa blonde Rosie s’est finalement acheté un cellulaire) ou intelligentes comme: Je m’appelle Émile Bilodeau, j’ai 21 ans et je grandis dans une époque où la musique est florissante. Je pense qu’on est en train de révolutionner quelque chose. Continuons de chanter en français et surtout soyons fiers d’être Québécois.  »

emile3© Frédérique Ménard-Aubin

Pour une deuxième fois en 2018, Émile Bilodeau a présenté à Montréal ses chansons de son premier album et de nouvelles pièces qui se retrouveront possiblement sur le deuxième. Les spectateurs ont pu s’époumoner sur Crise existentielle, Quand les nuages seront partis, Rosie, Amour de félin et J’en ai plein mon cass. Et lorsqu’il entamait une nouvelle pièce, le public participait d’une autre façon comme en se faisant aller les mains au rythme de la mélodie.

Pour l’événement des Francos, ce fut la colorée Sara Dufour qui assurait la première partie. Celle-ci a accompagné son ami pour quelques pièces dont Dehors et Je suis un fou. Ensemble, le duo fusionnait grâce à leur bonheur de jouer sur scène devant une foule en délire. Un plaisir qui devenait contagieux.

emile2© Frédérique Ménard-Aubin

Émile Bilodeau a un succès incontestable. Ces chansons fonctionnent bien. L’homme talentueux derrière le micro est simple, accessible et adorable. Il a tous les atouts pour vivre un carrière prolifique. La seule question que l’on se pose à ce moment-ci est : quand est-ce que les Francos lui offriront la grande scène? Visiblement, il est difficile de ne pas tomber sous son charme. Le Québec est prêt à le recevoir et lui laisser sa place dans le monde artistique.

Texte révisé par : Cloé Lavoie

Vous pourriez aussi aimer...