1

Elles chantent Dassin au Cabaret du Casino

Salle comble pour l’hommage à Joe Dassin

16

©Maryse Phaneuf/MatTv.ca

Par : Grégory Wilson

Joe Dassin était revenu parmi les nôtres par l’entremise de quatre chanteuses de talent certain, samedi soir au Cabaret du Casino.

En effet, le spectacle Elles chantent Dassin servait d’hommage à ce chanteur, compositeur et écrivain français qui avait enregistré maintes chansons reconnues comme des classiques du genre.

Des rythmes musicaux qui changent de façon soudaine et divertissante tout au long de la présentation, tel est l’esprit ressorti sur la scène du Cabaret. Par exemple,  on pataugeait entre la mélancolie poétique de Et l’amour s’en va vers la joie de vivre présente dans les notes latines et tropicales de Guantanaméra.

13

Les interprètes, Mélissa Bédard et Joannie Benoit (anciennes de Star Académie de l’édition de 2012) ainsi que Johanne Lefebvre et Céleste Lévis (anciennes de La Voix de l’édition de 2015) ont offert toute la puissance et l’habileté de leurs voix au service de Joe Dassin en cette soirée empreinte de nostalgie.

Chaque artiste avait l’occasion de briller dans le cadre de ce spectacle, comprenant plus de vingt des chansons les plus connues du grand compositeur. En outre, plusieurs des morceaux les plus marquants de la soirée mettaient en valeur les particularités de chacune.

Mélissa Bédard, reconnue par des millions de Québécois pour son charme rayonnant, a su séduire la foule avec son sourire éclatant et son enthousiasme lors de son interprétation de Cecilia. Elle a aussi profité de l’occasion de mettre à profit sa voix imposante et majestueuse en chantant l’inoubliable Le Dernier Slow.

14

D’autre part, Johanne Lefebvre a démontré au cours du spectacle son expertise par le biais d’une grande variété de genres musicaux. Par exemple, elle accomplissait des prouesses vocales avec ses envolées lyriques et théâtrales avec Dans les yeux d’Émilie, mais se métamorphosait en charmeuse plus discrète et énigmatique dans son interprétation de la plus célèbre chanson de Joe Dassin, L’Été indien.

Céleste Lévis, quant à elle, s’est démarquée en interprétant des chansons plus douces comme Si tu t’appelles mélancolie et Et si tu n’existais pas, alors accompagnée par le pianiste, au premier plan de la scène. Les notes du piano couplées avec la voix forte, mais veloutée de Céleste semblaient fondre les unes dans les autres, faisant de cette interprétation l’une des plus émouvantes de la soirée.

3

De son côté, Joannie Benoit démontra l’ampleur de ses talents d’artiste en jouant de la guitare acoustique lors de quelques-unes de ses présentations, dont Salut les amoureux. Par ailleurs, elle a su enchanter la foule avec son interprétation de Le petit pain au chocolat, accompagnée de Johanne et Céleste en tant que choristes.

Par moments, les quatre interprètes se rejoignirent pour interpréter certains des morceaux les plus cocasses, tels que Le Moustique et Taka Takata, au grand bonheur des spectateurs.

8

Joe Dassin est décédé, mais son amour pour la langue française et ses compositions vont continuer à survivre malgré le passage du temps. Ce spectacle en a fait la preuve, et quelque part, au paradis surplombant Les Champs-Élysées, Joe Dassin sourit certainement, radieux et reconnaissant.

Crédit photo : © Maryse Phaneuf/MatTv.ca

Texte révisé par : Annie Simard

 

Vous pourriez aussi aimer...