01

Dan Bigras à Montréal en Lumière

L’invincible poète de retour sur scène

3

©Maryse Phaneuf/MatTv.ca

Par : Christian Gaulin

Le public du Gesù était très heureux de retrouver un Dan Bigras en grande forme, rempli d’humour et content d’être là. Bon OK… parlons-en tout de suite pour ensuite revenir à l’essentiel du sujet : son spectacle! Les derniers mois ont été plus difficiles pour l’homme qui a appris, au début d’octobre 2017, qu’il était atteint par un cancer colorectal. Il a été opéré très rapidement, alors qu’on lui a retiré une masse de la grosseur d’une balle de golf. Depuis, il reçoit des traitements de chimiothérapie et il se porte très bien dans les circonstances. « Les pronostics sont très bons pour moi », nous a-t-il confié, tout sourire. L’invincible poète est de retour!

Vendredi soir, dans le cadre de Montréal en Lumière, Dan Bigras présentait son spectacle Le Temps des Seigneurs. Le projet du Temps des Seigneurs est né de son autobiographie parue en octobre dernier et qui lève le voile sur sa vie tumultueuse. Relatant le parcours du guerrier, le livre s’est vu accompagner d’un album compilation comprenant 25 chansons des 25 dernières années auquel ont participé plusieurs précieux amis  de Dan dont Ginette Reno, Isabelle Boulay, Éric Lapointe, Paul Daraîche, Boom Desjardins, Luce Dufault, Lulu Hugues, Nanette Workman et Laurence Jalbert. Puis, l’artiste a mis en scène son livre et ses chansons dans un spectacle multimédia riche en émotion, authentique et rempli de moments tendresse.

2

Pour l’occasion, on avait opté pour la sobriété : trois musiciens, plusieurs instruments et des projections vidéo, laissant ainsi toute la place à l’auteur-compositeur-interprète et à son univers musical. Dan Bigras ne chante pas avec sa voix, il chante avec ses tripes. C’est un gars authentique, attachant, d’une grande intensité et très drôle. On l’aime parce qu’il nous parle avec son cœur, crûment, sans prendre de gants blancs. C’est une bibitte qui aime se retrouver sur scène, un grand auteur et compositeur qui adore jongler avec les mots et les mélodies.

Il a ouvert son show avec la chanson La bête humaine. Étonnamment, il aime beaucoup parler, Dan. Entre chacune de ses chansons, il avait toujours une histoire, une confidence, une anecdote à conter. L’homme aux allures de dur et au cœur tendre est très intéressant à écouter se raconter et il est drôle, même un peu grivois parfois. Puis, il nous offrira au cours de la soirée plusieurs magnifiques pièces dont Il suffirait de presque rien, Le vent bleu, Naufrage, Tue moi agrémentée d’une superbe intro au violon, Rivière perdue qu’il dédie à « Manu le bleu », un jeune qu’il a connu au Refuge et qui est décédé, une superbe interprétation d’Ange animal, saluée par le public, Sarajevo récitée en poème, avec l’Ave Maria puis O Fortuna de Carmina Burana, une suite de trois chansons qui s’est méritée une ovation debout. Et il y a eu les Pourquoi tu veux, l’incontournable Trois petits cochons, Pas fort, Vire ta chaise de bord et Chez nous ou chez vous, entre autres.

01

En plus de nous faire quelques nouvelles chansons, de jouer du saxophone, de l’accordéon et de nous offrir un « jam de drums », Bigras est allé puiser dans d’autres répertoires en interprétant Soirs de scotch de Luce Dufault, Si j’avais un char de Stephen Faulkner et Câline de blues d’Offenbach, trois belles surprises. Tout au long du spectacle, le violon est venu mettre une petite touche de folk, donnant un nouveau son à ses chansons. Nous avons définitivement eu droit à un spectacle rempli de vérité et de très beaux moments.

Depuis 1991, Dan Bigras est le porte-parole et le porteur d’espoir du Refuge des Jeunes de Montréal, qui vient en aide à des jeunes hommes en difficulté et sans-abri de 17 à 25 ans et qui contribue à améliorer leurs conditions de vie. Pour faire un don au Refuge, cliquez ici. Vous pouvez suivre la carrière et tous les projets de Dan Bigras via son site officiel et sa page Facebook.

Crédit photo : ©Maryse Phaneuf/MatTv.ca

Texte révisé par : Annie Simard

Vous pourriez aussi aimer...