Une-DSC02182

Coups de coeur par la TOHU

Du talent à l’état brut

DSC02136_2 (2)

© Gabriel Talbot / MatTv.ca

Par : Sophie Dumont

C’est dans une ambiance minimaliste et épurée que nous avons eu l’opportunité d’assister à la première du spectacle Coups de cœur de la TOHU, présenté du 22 au 26 février 2017. Comme l’indique monsieur Stéphane Lavoie, directeur général de la TOHU de Montréal, le concept a pour but de rassembler diverses disciplines des arts du cirque, mais également, plusieurs troupes d’ici et de l’international. Mise en scène par monsieur Fernand Rainville et orchestrée par le maître de cérémonie Sébastien Soldevila des 7 Doigts de la main, la présentation intégrait neuf numéros aussi variés les uns que les autres.

La soirée a d’abord débuté avec un numéro de cadre russe inspiré d’une thématique à la James Bond. Vêtus tel le célèbre agent secret et faisant semblant de fumer une cigarette, deux étudiants de l’École nationale de cirque, Maxime Blanckaert et Nathan Briscoe, se sont exécutés sur la populaire trame sonore du film d’espionnage. Alexis Vigneault a ensuite pris d’assaut la scène avec un concept tout à fait original, soit celui de la lampe acrobatique. Vigoureux mais poétique à la fois, le numéro que l’artiste a mis sur pied conjuguait de manière sublime la force du corps et un jeu de lumière.

Par la suite, Charlie Wheeller a effectué un numéro plus funky à la roue Cyr avant de laisser place au duo de sangles constitué des Ukrainiens Dmitriy Lykov et Kirill Liannoi du Cirque du Soleil. Nous plongeant dans la folie des années 20, Éric Bates a ensuite présenté un spectacle de jonglerie avec des boîtes de cigares.

DSC01754_2 (2)

Unique bémol de la soirée, seulement deux artistes féminines faisaient officiellement partie de la programmation. Mon coup de cœur du spectacle s’est d’ailleurs vu attribué à Laurence Racine au Bungee Loop. Se déplaçant sur la scène avec une rapidité et une fluidité à couper le souffle, les mouvements de l’artiste rappelaient parfois ceux d’une araignée impossible à capturer. Lauren Joy Herley l’avait précédée à la corde lisse, mais ce numéro a, pour sa part, présenté quelques longueurs et manquait parfois d’effet-surprise.

Les deux derniers éléments du spectacle semblent avoir été les plus acclamés du public. Sur la pièce Le vent l’emportera de Louise Attaque, la mise en scène de l’avant-dernier numéro semblait inspirée d’une idylle d’été. L’enchaînement des acrobaties et la chorégraphie laissaient imaginer l’histoire d’un triangle amoureux subtilement interprétée par un trio à la barre russe.

DSC02114_1 (2)

L’équilibriste Anatoliy Zalievskiy a finalement ébahi l’auditoire tant par sa souplesse que par sa capacité à garder l’équilibre en adoptant des positions à la limite du vraisemblable. La TOHU a ainsi révélé par son spectacle Coups de cœur le talent brut de plusieurs artistes du cirque contemporains d’ici et d’ailleurs. Nul besoin de décorum extravagant ou d’artifices pour célébrer le savoir-faire, et la TOHU le démontre bien.

Crédit photo : © Gabriel Talbot / MatTv.ca

Texte révisé par : Annie Simard

Vous pourriez aussi aimer...