15129084_1135358799878345_1081591165917519497_o

Chronique littéraire : Santa

Ou un père Noël pas comme les autres.

couv_santa
© Éditions Alto/Couverture du livre

Par : Anny Lemire

Je suis le genre de personne qui adore se mettre rapidement dans l’ambiance des Fêtes. Pour moi, le bonheur, c’est profiter d’un bon film ou d’un bon livre tout en étant emmitouflée dans des couvertures et entourée d’un sapin lumineux ou de nombreuses guirlandes de lumières tout en oubliant mes soucis. Cette année, je n’ai pas encore commencé à décorer, mais l’envie de consommer des ouvrages sur Noël m’a prise d’assaut assez brutalement la semaine dernière. J’ai donc fait quelques recherches et j’ai déniché un petit bijou tout de rouge vêtu : le roman Santa de Hélène Vachon.

Tout récemment paru aux éditions Alto, Santa raconte l’histoire de Marthe Winthrop, une septuagénaire qui semble avoir beaucoup de difficultés avec les relations humaines, malgré son lourd passé de travailleuse sociale, et qui a comme mission de démanteler un réseau de vol de téléphones intelligents aux Galeries Barberon. Alors qu’elle arpente le centre d’achat en tentant de se fondre dans la masse, elle se fera repérer par un patron désireux de l’embaucher pour interpréter le fameux personnage du père Noël. Elle accepte le poste en se disant qu’elle pourra alors mieux surveiller les environs et ainsi prendre le voleur de manière plus efficace, en étant loin de se douter que cette jobine mettra sa vie rangée, sans dessus dessous.

vachon_heleneantoinetanguay
©Antoine Tanguay/ Éditions Alto

C’est avec un humour cinglant qu’Hélène Vachon raconte cette histoire. On s’y laisse prendre et on savoure chaque petit moment aussi incongru soit-il, en passant par la fée des étoiles obsédée par Abismo de pasión, un télénovela mexicain ou Valéry, l’ami de Marthe qui s’amuse à sculpter le pont de Québec dans un bloc de savon surdimensionné. Le texte est punché à souhait, et l’histoire est bien ficelée. Santa est une œuvre qui fait sourire à tous coups, nous fait du bien et nous fait redécouvrir les notions de tolérance. De plus, pour chaque exemplaire vendu, la maison d’édition s’engage à verser 5 $ aux Banques alimentaires du Québec. Faites-vous donc plaisir tout en aidant une juste cause!

Crédit photo de la photo à la une : Facebook des éditions Alto

Texte révisé par : Annie Simard

Vous pourriez aussi aimer...