Chronique 100 % québécois

Un artiste porteur d’amour 

21270832_1134036906729351_1353476980759718636_n

                                                                                                                                                                                          © Fred Gringras

Par : Ariane Coutu-Perrault 

Cette semaine, pour ma chronique 100 % québécois, je vous parle d’un artiste dont je vous ai brièvement parlé lors de ma chronique sur Fotofibre,  Fred Gingras. Pourquoi je vous parle de lui? C’est simple, le soleil est retourné se cacher, mes allergies sont à leur apogée et c’est dans ces moments-là, les matins gris ou les blues du dimanche, que les créations de Fred Gingras prennent tous leurs sens. C’est simple, et ça fait du bien!

Au début de sa carrière, Fred Gingras dessine beaucoup de portraits. Toujours dans un camaïeu de gris, ceux-ci sont très texturés et présentent des traits imparfaits. Ce qui pourrait être perçu comme humoristique vient plutôt nous pousser à réfléchir, voire même nous questionner sur la beauté. Ses personnages grotesques viennent nous charmer avec leurs défauts, on se retrouve intrigués par les coups de crayon, les dégradés et les proportions inégales. Petit à petit, Gingras intègre des mots à ses portraits. Des mots qui se veulent quelque peu percutants. Et puis, au fil du temps, il modifie son style. Encore avec cette idée d’imperfection, il garde les petites phrases, et le noir sur blanc pour créer des illustrations qui se veulent porteuses d’amour et de bonheur. Le tout dans un style minimaliste aux allures de cartoon.

1525093182

                                                                                                    © Fred Gringras

Toujours avec ce trait imparfait, on voit le coup de crayon, à l’état brut, sans aucune retouche pour rendre le trait parfaitement linéaire et droit, ce qui rend ses créations d’autant plus vraies, plus humaines. Si Gingras se proclame optimiste, il sait définitivement comment faire sourire son auditeur; vous ne serez pas surpris d’apprendre qu’il n’avait pas prévu faire une carrière d’illustrateur. Il voulait plutôt aller en psychologie ou en travail social. Il n’a tout de même pas raté sa profession, puisque, à sa manière, il réussit à aller toucher les gens, les faire sourire et rendre leur journée un peu plus belle. Les trames narratives accompagnant ses images sont elles aussi plutôt simples, mais vont droit au but : « Sois pas si dure avec toi, tu fais de ton mieux ». Il publie donc son travail via les réseaux sociaux, presque un par jour afin de venir faire une différence dans la vie des gens.

Devant son succès, il décide de transposer ses illustrations sur des t-shirts. Il y a deux principes différents, le Tee et le Tee unique. Le tee a une couleur, une taille et ne sera jamais réimprimé. Il garde évidemment son esprit humain et sa volonté de faire du bien à travers ses t-shirts, comme il l’explique sur son site, il ne voulait pas tomber dans le marchandisage : « J’veux pas être un marchand pis que vous soyez juste un client. J’veux un échange humain. Vous donner quelque chose de vraiment unique en échange de votre support. » Le Tee unique, quant à lui, est peint à la main : « Au final c’est un Tee unique par ses traits imparfaits, une partie de mon imperfection à moi que je t’offre pour te dire merci. »

C’est pour toutes ces petites choses, simples (est-ce que je l’ai dit déjà), qu’on aime l’art de  Fred Gingras, parce que ça marche, parce que ça me fait sourire!

1525093182

                                                                                                    © Fred Gringras

Texte révisé par : Annie Simard

 

Vous pourriez aussi aimer...