Chef’s Table : un nouveau concept à Montréal

Hommage aux produits et saveurs d’ici

Mon beau maquereau 1_preview

© Chef’s Table Mtl

Par : Marie-Christine Jeanty

C’est sur la place D’Youville, dans le Vieux-Montréal, que Cédric Saint Onge, Nicolas Delrieu et Alexandre Dalmar ont décidé d’établir leur nouveau restaurant, Chef’s Table. Chef’s Table a comme objectif de faire découvrir des jeunes passionnés de restauration dont le but principal est de divertir les sens et de faire vivre une expérience culinaire hors du commun à ses clients. C’est un objectif qui laisse une très grande place à la créativité en cuisine, pour le plus grand plaisir de nos papilles gustatives.

Aux fourneaux, on retrouve Marie-Anne Bédard (aka Madame Le Chef), chef exécutive aussi du restaurant Le SpeakeasyMarie-Anne Bédard souhaite créer une nouvelle expérience gastronomique digne de Montréal.  Chef’s Table vous fera découvrir au gré des saisons un menu dégustation avec des produits du moment pour allier fraîcheur et qualité dans l’assiette.

La gigue 2_preview

© Chef’s Table Mtl

La carte est en grande partie un hommage aux saveurs et produits d’ici. La soirée de haute voltige culinaire a débuté de manière très ludique avec une dégustation du menu. Incrédules, mes convives et moi avons spontanément éclaté de rire en croquant allègrement dans la feuille d’hostie (aspergée d’huile d’olive aromatisée). C’est une belle façon de nous reconnecter avec nos sens. Ensuite, a suivi un ravioli de lapin dont on aurait pu facilement prendre une assiette complète, définitivement un de mes coups de cœur. Comme entrée, nous avons opté pour la Gigue, un tataki de cerf garni d’un caramel pétillant et d’une compote de camerise et pour le Pétoncle sur purée de Daïkon, sauce à l’érable et baie de myrica.

L’équilibre des saveurs et l’esthétique des assiettes étaient remarquables lors de chaque service, les accompagnements mettant avec justesse les aliments en valeur. Le trou normand valait, lui aussi, le détour : un sorbet maison à la mangue avec du rhum Trois-Rivières. Comme plat principal, nous avons opté pour  Le veau se meut (filet de veau d’une grande tendreté, sauce au vin rouge, et purée de topinambours) et Le Paleron, (très goûteuse omoplate de bœuf laqué à la bière et au café, servi effiloché avec couscous de chou-fleur, betteraves marinés et pois sucrés).

Le Veau se meut 3

© Chef’s Table Mtl

Le point culminant de la soirée, un autre coup de cœur avec ma dent sucrée, le Chef d’Œuvre : un dessert qui est présenté tel un tableau de Pollock sur un papier parchemin à partager avec les autres convives. On y retrouve un bel assemblement de petits carrés de gâteau au fromage, des traits de chocolat, du sorbet (maison) à l’argousier sur lequel on fait couler de la tire d’érable ainsi que des bleuets version moléculaire. C’était bon à voir et divin dans la bouche.

Alors on y retourne non seulement pour l’expérience à table (comme le Beau Maquereau de nos voisins flambé sur place), mais aussi pour la carte des cocktails éclatée (coup de cœur pour le Tea Time, d’ailleurs servi dans une jolie tasse) ainsi qu’une belle et fine sélection de vins d’importations privées (mention spéciale au Côtes-du-Rhône ) qui sont en harmonie avec les plats servis.

Texte révisé par : Johanne Mathieu

 

Vous pourriez aussi aimer...