Beirut en plein centre-ville de Montréal

Grande ouverture du Festival international de Jazz de Montréal

FIJM_ouverture__TRY7248

©Trystan Charest/MatTv.ca

par Mélissa Thibodeau

Il faisait beau vendredi. Les gens étaient s’étaient rassemblés par milliers au Quartier des spectacles alors que le 36e Festival international de jazz de Montréal y jouait ses premières notes. Et pour enclencher officiellement 10 jours de bonheur et de plaisir, pour reprendre les mots du vice-président programmation, Laurent Saulnier, qui de mieux que le collectif indie folk américain Beirut mené par Zach Condon.

Il fallait se frayer un chemin parmi une foule dense afin d’avoir vue sur la scène. Des milliers d’âmes heureuses s’étaient ralliées sur la Place des Festivals. La dernière fois que le groupe a joué à Montréal, c’était en 2012, au Métropolis. Ses fans existants avaient décidément hâte de les revoir. Et Beirut a livré toute une marchandise en offrant un spectacle grandiose et sans faille qui leur a sans aucun doute attiré de nouveaux admirateurs parmi les curieux.

FIJM_ouverture__TRY7193

©Trystan Charest/MatTv.ca

« Merci, vous me faites trembler », a avoué Zach Condon en réponse à la foule qui était vite conquise. Ce dernier était avare de mots, se limitant à des remerciements très souvent en français entre les chansons. Il a préféré se concentrer sur la musique et c’est tant mieux. Il n’était pas le seul sur scène à apprécier l’amour de la foule, le batteur Nick Petree avait un sourire permanent au visage. Soulignant également le jeu impeccable des autres membres de la formation Kyle Resnick à la trompette, Ben Lanz au trombone, Aaron Arntz aux claviers et Paul Collins à la basse.

Ceux-ci ont lancé le bal avec Scenic World tiré de Gulag Orkestar (2006). Le collectif nous a aussi offert d’autres perles provenant des albums The Flying Cup (2007), The Rip Tide (2011) ainsi que du prochain à venir No, No, No à paraître le 11 septembre 2015. Si on se fie à l’extrait-titre, sorti tout récemment, Beirut poursuit dans sa lignée de folk éclectique alliant des influences world du Mexique et de l’Europe de l’Est à des éléments de pop américaine et française.

Beirut a terminé la soirée avec la pièce The Flying Cup et en nous disant « À la prochaine ». Nous ne pouvons qu’attendre impatiemment à ce prochain rendez-vous.

©Trystan Charest/MatTv.ca

 

 

Vous pourriez aussi aimer...