Arkells au MTELUS

Du grand calibre 

© Arkells, Matt Barnes 

Par Sara Avakian

Hier soir, Arkells clôturait la portion canadienne de son ambitieuse tournée Rally Cry à Montréal. Au cours des dernières semaines, le groupe s’est arrêté dans plusieurs arénas du pays avant de présenter son tout dernier spectacle dans l’intimité du MTELUS. Un témoin de la popularité moindre du groupe rock dans la province, mais un beau privilège pour les fans montréalais qui ont eu droit à un concert de calibre d’aréna dans une bien plus petite salle. 

C’est après une généreuse première partie de Lord Huron d’une durée d’une heure que la formation originaire de Hamilton est entrée en scène. Elle a frappé fort dès le début avec Relentless et n’a pas ralenti par la suite, enchaînant leurs succès Leather Jacket, Michigan Left et Never Thought That This Would Happen. Déjà, le public chantait les refrains à pleine voix.

Le chanteur Max Kerman a pris la parole pour raconter l’histoire d’un passant qui leur a annoncé une mauvaise nouvelle plus tôt aujourd’hui : c’était mardi. Arkells en a fait sa mission (et celle du public) qu’à la fin du spectacle, on se sente comme un samedi soir.

La chanson Show Me Don’t Tell Me (contenant une référence à Montréal, car elle a été écrite ici) a été suivie d’un décapant mashup de No Champagne Socialist et Oh, The Boss Is Coming!, deux morceaux des plus rocks de groupe, tous deux tirés de l’album de 2008, Jackson Square.

Fidèle a son habitude, le chanteur prenait tout l’espace mis à sa disposition sur la scène du MTELUS, bougeant d’un bord à l’autre, et ce, plusieurs fois par chanson. Il s’est même aventuré dans la foule à quelques reprises, notamment lors de Eyes on The Prize pendant laquelle il s’est amusé à distribuer des « notes du médecin » pour les gens qui ne souhaitaient pas aller travailler le lendemain matin.

Ce segment de trois chansons tirées de Rally Cry a pu mettre en valeur les autres musiciens du groupe de même que la section de cuivres qui les accompagnait depuis le début de la soirée. Les quelques interruptions de Kerman pour s’adresser au public pendant ces chansons ont légèrement brisé le rythme à ce moment-là, mais quand il nous avoue qu’il est réellement heureux d’être ici parce que l’esprit et le rythme de notre ville sont uniques au pays, il est vite pardonné. Difficile de rester indifférent face à son incontestable charisme et sa présence scénique explosive!

Après cette partie se sont enchaînées une version acoustique de Kiss Cam, une moment « karaoké » pendant Only For A Moment , Come To Light et la ballade And Then Some, qui elle s’est terminée sous les lumières des téléphones dans la salle.

L’un des moments marquants du spectacle aura été quand Kerman a souligné que le groupe avait mis sur pieds une ligne d’appels dédiée à leurs fans. En appelant au numéro donné, on pouvait demander la « deep cut » (une chanson que le groupe n’a pas l’habitude de jouer en spectacle) de notre choix en disant pourquoi on aimerait que le groupe la joue lors du spectacle auquel on allait assister. Mardi soir, c’est un dénommé Lorenzo qui a gagné la loterie. Sa chanson? Bloodline, une pièce de l’album Michigan Left que le groupe estimait ne pas avoir jouée depuis cinq ans. Heureusement pour lui, Lorenzo se retrouvait à l’avant de la scène et a pu se joindre au groupe lorsqu’il jouait sa demande spéciale. 

Après avoir entonné les premières lignes de Shallow, le succès de Lady Gaga et Bradley Cooper tiré du film A Star Is Born, Arkells est retourné aux grands succès avec le ver d’oreille 11:11Whistleblower, Private School, puis leur plus récent single, Hand Me Downs qui s’est terminée sous une pluie de confettis arc-en-ciel.

En rappel, le groupe ontarien a rappelé Lord Huron sur scène pour nous offrir une savoureuse reprise de Dancing Queen d’ABBA. Deux danseurs se sont également joints à eux pour créer une scène mémorable. Par la suite, le quintette s’est réuni et a joué My Heart’s Always Yours, une dernière déclaration d’amour à leurs fans pour terminer ce concert d’un peu plus de deux heures. 

Liste des chansons

  1. Relentless
  2. Leather Jacket
  3. Michigan Left
  4. Never Thought That This Would Happen
  5. Show Me Don’t Tell Me
  6. No Champagne Socialist / Oh, the Boss Is Coming!
  7. Eyes On The Prize
  8. American Screams
  9. People’s Champ
  10. Kiss Cam
  11. Only For A Moment
  12. Come To Light
  13. And Then Some
  14. Bloodline
  15. 11:11
  16. Saturday Night
  17. Whistleblower
  18. Knocking At The Door
  19. Private School
  20. Hand Me Downs
    Rappel
  21. Dancing Queen
  22. My Heart’s Always Yours

Crédit photo : Arkells, Matt Barnes 

Vous pourriez aussi aimer...