Alexandre Poulin : Chuchoteur d’histoires

Son nouveau disque Les temps sauvages

alexandrepoulin-p-410x410-410

Par Alex Trudel

Il a fait sa place tranquillement, étant même un buzz en Europe, avant de voir sa poésie atteindre un plus vaste public ici, mais force est d’admettre que le pari d’Alexandre Poulin a fonctionné. De retour depuis le 4 novembre, avec un quatrième album, Les temps sauvages, l’estrien ne quitte pas sa spécialité, c’est-à-dire les territoires folks avec des accents planants. Plus touffu que certains de ses prédécesseurs aux niveaux des arrangements, cet album imbrique à travers les chansons de magnifiques cordes guidées par Guido Del Fabbro.

Poulin traîne son auditeur dans les bidonvilles de l’amour avec des peines, mais aussi des sentiers plus lumineux et porteurs d’espoir (« Veux-tu être mon amour matador? », dit-il sur File Indienne). Mais c’est sur Les amours satellites et Couleurs primaires que le chuchoteur d’histoires trouve la cohésion quasi parfaite avec un bel équilibre entre texte et musique. Une chanson à la Séguin, Bleu Big Bill, n’est pas piquée des vers également.

Voici une sorte de bande-annonce que l’artiste a fait paraître dernièrement.

Une chanson du disque, Le mouvement des marées, qui a contribué à le faire connaître d’un plus large public.

Un antidote à la grisaille, Les temps sauvages, est maintenant disponible. Pour consulter les dates de spectacles.

Crédit photo de couverture : Véronyc Vachon/MatTv.ca
Texte révisé par : Matthy Laroche

Vous pourriez aussi aimer...