IMG_1969

Alex Nevsky à la conquête du Métropolis

Alex Nevsky n’a plus rien à prouver

IMG_1787

©Maryse Phaneuf/MatTv.ca

Par : Marie Eve Archambault

Quoi de mieux pour clore Montréal en Lumière qu’une rentrée montréalaise de la nouvelle coqueluche du Québec, Alex Nevsky? Le rendez-vous à ne pas manquer se passait samedi soir du côté du Métropolis où des centaines de personnes se sont déplacées pour danser et chanter sur des airs enjoués.

Une première partie haute en couleur

D’ores et déjà, le Métropolis était bondé de spectateurs dès la première partie qui était assurée par Laurence Nerbonne. La chanteuse au grain de voix bien intéressant a offert une prestation dynamique où l’on sentait sa fierté de faire partie de cette fête. « C’est mon premier Métropolis à vie! Merci Alex de m’offrir la chance d’être ta première partie », s’est-elle exclamée.

Des fuseaux de lumières d’une teinte rosée et bleutée traversaient la salle de toutes parts et de tous côtés. Techniquement et vocalement parlant, on n’aurait pas pu demander mieux comme première partie d’Alex Nevsky.

La Québécoise d’adoption

Ria Mae, ce nom vous dit-il quelque chose? Au départ, je ne savais pas à quoi m’attendre de cette interprète jusqu’à ce qu’elle monte sur scène avec la chanson « Ooh Love » qui nous a tous permis de la reconnaître rapidement.

Dès sa première intervention, elle a tenu à dire : « Je ne viens pas d’ici, mais on s’en fout puisque j’ai déménagé à Montréal, et c’est cela qui a de l’importance. » Un peu plus tard, elle a même dédié une chanson à la métropole. Somme toute, Ria Mae a une belle énergie grimpante qui a su capter l’attention de l’audience.

IMG_1325

Une place bien méritée

En entrevue, Alex Nevsky raconte souvent que la popularité peut être éphémère et que son règne peut se terminer du jour au lendemain. Au nombre de personnes qui se sont déplacées pour l’artiste samedi soir, ce n’est pas avec Nos Eldorados que ce voyage va se terminer.

Il a entamé ce spectacle avec la pièce La beauté sous l’hystérie de la foule qui s’est calmée par la suite. Fidèle à ses habitudes, Alex Nevsky a utilisé l’autodérision pour demander la participation du public : « Donc vous êtes là et vous m’aimez. On fera donc un exercice de chant. OK, j’en conviens, des  »la la la » et des  »palala » c’est trop facile. Alors on va faire des oh oh oh », a-t-il lancé tout bonnement. Bien que la foule était bavarde durant les chansons, cela n’enlevait rien à la participation des spectateurs qui se sont empressés de chanter les « oh oh oh » qui se retrouvent dans la pièce Le coeur est assez gros, chanson qui s’est frayée une place sur les chaînes radiophoniques récemment. Un peu plus tard, il a quitté la scène pour enfiler un veston bien scintillant qu’il ne semblait pas assumer totalement en lançant un : « Ouin, c’est ça! »

IMG_1729

C’est à ce moment que l’assistance s’est réveillée puisqu’il a commencé à enchaîner ses succès un à la suite de l’autre. Le spectacle pour l’album Nos Eldorados est plutôt bien construit puisque le chanteur nous amène dans une ambiance parfois plus tranquille où les balades sont au rendez-vous et d’autres fois, où il nous amène ailleurs où notre seul désir est de chanter et danser avec lui. C’est ce qui est arrivé vers la finale du spectacle puisqu’il avait gardé comme plat de résistance ses succès Polaroïd, Les Coloriés et On leur a fait croire où les cordes vocales des spectateurs étaient bien au rendez-vous.

Alex Nevsky poursuit sa tournée pour l’album Nos Eldorados à travers le Québec. Visitez son site Web pour plus de détails!

Crédit photo : ©Maryse Phaneuf/MatTv.ca

Texte révisé par : Annie Simard

Vous pourriez aussi aimer...